Du mécanisme à l’organisme : une voie d’humanité au sein de notre civilisation techno-scientifique ?


Détails de l'événement


Séminaire du samedi 30 mars 10h-13h /14h30-18h30 au dimanche 31 mars 9h-12h

L’emprise de la technologie sur nos vies est un fait patent au-delà de tout jugement de valeur. Que de se percevoir quotidiennement dans cet environnement impacte notre conception de la nature et de l’humain lui-même est un fait généralement moins présent à notre conscience. Pourtant le mode de pensée réduisant tout à un mécanisme est la norme actuelle, la vision de l’homme n’y échappe pas. Peut-on donner corps à une approche de ce qui nous entoure en termes d’organisme ? Quelles sont les voies de l’attention par lesquelles une chose ou un être, pensés en mécanismes, deviennent vécus comme reliés dynamiquement à un tout ? Ces deux approches du « réel » sont-elles inconciliables ou doivent-elles nécessairement cohabiter dans une conscience du 21e siècle ? L’approche organique au sens propre ne peut être qu’un regard, un processus, elle peut éventuellement faire apparaître des éléments de méthode mais ne semble pas, par essence, constituer une théorie supplémentaire.

Dans cet atelier-séminaire, nous voudrions prolonger le geste amorcé en 2017, qui par la combinaison des apports et par le travail en commun permet d’expérimenter une alternative.

François Lusseyran est physicien en mécanique des fluides, chercheur au CNRS.

Christophe Grenier est hydrologue, chercheur au LSCE.

Séminaires-ateliers 2018-2019 et bordereau d’inscription