Colloque : 1917-2017 un monde en révolution

Colloque international les 18 et 19 novembre 2017 au centre international de Séjour de Paris

Vous avez dit Révolutions ?

Depuis la Révolution française, l’idée de révolution s’est imposée comme la forme de transformation des sociétés parvenues à des crises et des blocages jugés insurmontables sans changement profond. Les révolutions russes de 1917, comme les printemps arabes, peuvent s’analyser dans un sens où des peuples se révoltent et aspirent à des changements profonds. Cependant, la présence d’un parti comme le parti bolchevique en octobre 1917 peut conduire à un coup d’état révolutionnaire, source de dictature. Les révolutions se déroulent sur fond d’opposition sociale entre des forces conservatrices, détentrices du pouvoir, et d’autres, dites progressistes, qui en seraient dépourvues. Les solutions sont envisagées sous forme de renversement de dirigeants discrédités et de changement de régime.

Quelle que soit la révolution considérée, il est question de bouleversement des sociétés en place, de partis ou de mouvements révolutionnaires et de nouvelles structures institutionnelles. Des notions comme celles d’évolution sociale organique, d’association volontaire de personnes et de formation de sociétés en accord avec la nature de l’être humain sont absentes des analyses, sans compter l’ignorance complète d’une dimension spirituelle source de sociabilité humaine.

En organisant un nouveau colloque international, nous voulons continuer à explorer l’évolution de nos sociétés à l’aune des données de la Science de l’esprit de Rudolf Steiner, qui a proposé, voici cent ans, une réorganisation sociétale à partir de l’idée de tripartition de l’organisme social. D’après cette conception, la culture, le politique et l’économie constituent des domaines distincts parce que, en fait, ils fonctionnent selon des lois différentes. Selon la nature de ce fonctionnement, la culture devrait être libre, la vie politique égalitaire et les relations économiques fraternelles. « Liberté, égalité, fraternité » pourrait être la devise de cette forme de vie sociale.

Antoine Dodrimont

Inscription en ligne
Le programme détaillé et la fiche d’inscription (PDF)
Les intervenants (PDF) 

 

Programme

Samedi 18 novembre 2017

9h Ouverture du colloque par René Becker, secrétaire général de la Société anthroposophique en France, et Antoine Dodrimont

9h30 La Russie, les révolutions et la question sociale, conférence de Markus Osterrieder

10h45 Pause

11h15 L’influence de la Révolution bolchévique et du communisme en France, conférence d’Antoine Dodrimont

12h30 Pause déjeuner

14h L’évolution d’une « relation privilégiée » : de l’Empire Britannique à l’Empire Américain, conférence de  Terry Boardman (en anglais, avec traduction française)

15h30 Pause

16h Table ronde avec Terry Boardman, Antoine Dodrimont et Markus Osterrieder

18h Pause dîner

20h30 Concert : Duo piano-violoncelle : Lise Lienhard et Jean Beauchamps ; ce concert est ouvert aux personnes qui ne participent pas au congrès

Dimanche 19 novembre 2017

9h Les « Anglo-saxons » et le projet d’une Europe unie, conférence de Terry Boardman

10h30 Pause

11h Synarchie ou Tri-articulation, pouvoir et participation,  conférence de Markus Osterrieder

12h45 Clôture du colloque

Les intervenants

Terry Boardman, né en 1952 à Newport (Pays de Galles). Études d’histoire à l’Université de Manchester. A obtenu un diplôme d’eurythmiste en 1988. De 1974 à 1981, puis de 1991 à 1994, il a vécu au Japon, où il a enseigné l’anglais et travaillé comme traducteur et eurythmiste. En 1998, il publie Mapping the Millennium: Behind the Plans of the New World Order (Cartographie du Millénaire : Derrière les Plans du Nouvel Ordre Mondial, non traduit). Depuis 2005, il donne des conférences et publie des articles sur l’histoire et sur des sujets d’actualité, notamment en lien avec les arrière-plans du déclenchement de la Première Guerre mondiale et ses prolongements jusqu’à nos jours. Il anime un site Internet (www.threeman.org) et un blog.

 

Antoine Dodrimont, né en 1945 en Belgique. Études de philosophie, de théologie et de sciences sociales. A travaillé comme responsable de documentation dans une société publique. Parallèlement, il s’est engagé dans le syndicalisme, la formation d’adultes et l’écologie. Sa découverte, à 38 ans, de l’œuvre de Rudolf Steiner le conduit à se former à la pédagogie Steiner-Waldorf. Il a été pendant 18 ans professeur d’histoire, français et économie à l’école Mathias Grunewald de Colmar (pédagogie Steiner). De 1999 à 2015, il a été président de la Société anthroposophique en France.

 

 

Markus Osterrieder, né en 1961 à Munich. Études d’histoire, langues et civilisations slaves, Sciences Po, économie aux universités de Munich, Toulouse et Varsovie. Jusqu’en 2000, chercheur à l’Institut de l’Europe de l’Est à Munich. Depuis, historien, conférencier et auteur indépendant dans plusieurs pays d’Europe. Centres d’intérêt : les relations spirituelles, culturelles et politiques entre Occident et Orient, de l’antiquité jusqu’à nos jours. Auteur de plusieurs ouvrages, dont Sonnenkreuz und Lebensbaum. Irland, der Schwarzmeer-Raum und die Christianisierung der europäischen Mitte, 1995 (Croix solaire et Arbre de vie. L’Irlande, la région de la mer Noire et la christianisation de l’Europe centrale, non traduit), et Welt im Umbruch. Nationalitätenfrage, Ordnungspläne und Rudolf Steiners Haltung im Ersten Weltkrieg, 2014 (Le Monde en bouleversement. Question des nationalités, plans d’un nouvel ordre mondial et attitude de Rudolf Steiner pendant la Grande Guerre, non traduit).

Inscription en ligne
Publié dans Articles, Page d'accueil